Un piano moderne a une durée de vie proche d'une centaine d'années. Les matériaux employés sont plus stables qu'auparavant et les méthodes de production permettent une plus grande qualité d'assemblage et une plus grande régularité de qualité.

Les pianos plus anciens ont une durée de vie plus variable et certaines séries et marques s'en sortent mieux que d'autres. C'est la qualité des bois et feutres employés qui déterminent la fiabilité de l'instrument.
Par exemple, le sommier, (ou sont enfoncées les chevilles d'accord) pièce essentielle à la tenue d'accord était réalisée autrefois en bois massif. Suivant la qualité de ce bois, son mode de séchage, etc... il peut fendre et rendre le piano inaccordable. Aujourd'hui il est réalisé en multiplis (couches de bois d'espèces différentes contre-collées) qui ne fend pas et s'use plus lentement.
En période de guerre ou après-guerre, ou autre périodes de pénuries, on employait les seuls matériaux disponibles ou ceux qui s'en rapprochaient le plus et le résultat était bien différent en termes de qualité et de fiabilité.

On ne peut dissocier durée de vie et entretien. En effet, si la qualité de fabrication des pianos y est pour beaucoup dans la durée de vie de l'instrument, c'est l'entretien qui fera toute la différence. Un instrument accordé tous les ans, et réglé périodiquement durera beaucoup plus longtemps qu'un piano qui ne voit un accordeur que tous les cinq ans. En plus le premier conservera sa sonorité d'origine longtemps alors que l'autre la perdra très vite...
De plus un piano n'est très fiable que dans un environnement stable en hygrométrie, ni trop humide, ni trop sec.
Enfin, il faut tout de même savoir que les garnitures en feutre ne sont pas inusables et qu'il faut au moins changer périodiquement les feutre de clavier, et les têtes de marteaux quel que soit le piano.