Nous allons voir un exemple concret et très fréquent de problême de marteaux.

Notre "patient" est un Pleyel de concert de 1920 environ. La mécanique et le type de marteau ne sont pas exactement les mêmes que ceux que nous avons vu précédemment mais le principe de diagnostic et réparation est le même.

La mécanique est un modèle spécifique aux Pleyel de cette époque. Les marteaux n'ont pas d'olive mais une noix qui est fixée su un axe commun à chaque travée de marteaux. Le manche n'a donc pas de rouleau et la tête n'est pas percée de part en part. C'est un peu comme sur un piano droit.

Le diagnostic du piano :

Son propriétaire me contacte car il trouve le son inégal, sans dynamique et trop feutré. Il me précise que les têtes de marteaux ont été changées quelques années auparavant. Depuis cette intervention me dit-il, le piano a comme perdu sa voix... 

Cela m'étonne un peu puisque le but de l'opération est plutôt le contraire !

En sortant la mécanique du piano je n'ai pas eu de mal à comprendre les raisons d'un tel résultat. 

Les têtes de marteaux ont l'air toutes neuves en effet mais tout le reste est d'origine et extrêmement usé. On peut voir aussi que de nombreuses têtes de marteaux sont comme "rabotées" au point de frappe. C'est un signe de jeu dans les axes. Et quel jeu ! les marteaux ont un jeu latéral de plusieurs millimètres et ne tappent donc jamais au même endroit. D'où cette usure très rapide et anormale.

Les têtes de marteaux sont d'une qualité déplorables et cela se voit ! Ils ont une consistance molle et sont mal coupés et mal finis. 

Constatez le vous même : Voici les têtes de marteaux défectueuses (dont je préfère taire l'origine pour ne froisser personne) avec les têtes que j'ai fait fabriquer par les ateliers ABEL en Allemagne.

MarteauxPlayel 3 

La différence se voit nettement ! Les têtes X sont peut-êtres refeutrées. En tous cas, elles sont suspectes... 

Admirez ci-dessous à gauche les têtes X avec leur forme de patate, leur géométrie toute relative, leur âme décallée par rapport à l'axe de frappe. Notez aussi la forme du sous-feutre et la finition façon "castor" des âmes. 

Vous remarquez en revenche que les têtes Abel ont une forme de "goutte" harmonieuse et symétrique. La finition des âmes est plus flatteuse et elles sont surtout parfaitement dans l'axe du point de frappe. Vous voyez aussi et surtout que la structure du feutre a bien meilleur aspect !

MarteauxPleyel 1

Par contre si la découpe est plus nette chez Abel (ici à gauche), la pose des agrafes n'est pas trop leur point fort... C'est mieux fait chez X

 MarteauxPleyel 2

Bref, nous avons de nouvelles têtes de marteaux, de bien meilleure qualité, mais nous n'allons pas faire la même erreur que mon confrère, nous allons aussi nous occuper du reste des composants des marteaux. 

Le noix sont intégralement regarnies à neuf, y compris les galleries pour le passage des axes.

Noix1

 Les anciens manches sont extraits et les perçages nettoyés.

Noix2

Les nouveaux manches sont triés en fonction de leur "sonorité" pour être répartis sur chaque travée. Cette méthode courament utilisée, m'a toujours paru un peu esothérique et je n'ai pas du tout la certitude que cela ait un réel impact au final... mais ça ne coûte rien de le faire au cas où !

Manches

Nous allons donc pouvoir passer à l'action avec la pose des marteaux sur la mécanique. Le piano étant conçu de manière mathématique, il s'agit donc de faire les choses avec le maximum de précision et de régularité. Nous allons donc prendre modèle sur l'existant en l'optimisant tant que possible. 

Voilà ce que l'on obtient :

Comme vous le constatez, on remplace d'abord un marteau sur deux.

1

2

3

Vu l'état des manches d'origine, leur remplacement n'etait pas du luxe !

9

Il faut sans cesse bien contrôler le parallèlisme des manches et l'intervalle entre les têtes car cela se fait au moment du collage sur ce type de mécanique.

4

Et veiller à respecter une parfaite "ligne de frappe". Dans notre cas elle était à corriger.

Avant :

5

Après :

6

Avant :

7

Après :

8

Une fois la première série de marteaux neufs correctement mis en place, le reste des anciens marteaux est retiré puis remplacé par les nouveaux. Cela prend un temps considérable sur ce genre de mécanique. S'en suit également un énorme travail de préréglage et d'intonation, puis un réglage complet de la mécanique, et enfin un travail d'harmonisation plus fin.

Mais sur un bel instrument, le jeu en vaut largement le coup.