Kyol - Technicien accordeur de piano à Nice - www.kyol.fr

13 juin 2014

A propos des marteaux dans un piano, Changement de têtes de marteaux (Partie 3)

Autre exemplme concrêt et autre cas de figure de changement de têtes de marteaux: l'optimisation d'un bel instrument.

Notre piano est un Bösendorfer des anneés 20-30 qui fonctionne très bien et a été révisé dans les années 1970 avec notamment un changement de têtes.

1,1

Peu joué depuis, il a aujourd'hui un nouvel utilisateur qui trouve, a juste titre, que cet instrument, n'a pas la sonorité ni les possibilités qu'on est en droit d'attendre d'un tel instrument haut de gamme.

 

Sans trop pousser loin les recherches on se rend compte très vite qu'il y a un gros problême de cordes basses qui ne sonnent plus. D'origine, elles ont sans doute subi une séance de nettoyage qui ne leur a pas réussi. En effet il ne faut jamais essayer de nettoyer les cordes d'un piano avec un produit quel qu'il soit. C'est leur mort assurée ! Confiez cette tâche à votre technicien qui est équipé et sait quelle méthode employer pour désoxyder et redonner l'aspect du neuf aux cordes de votre piano.

Nous changeons donc l'ensemble des cordes basses du piano que nous faisons faire sur mesure.

1

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous remarquez que nous avons aussi changé les feutres d'étouffoirs

Avant

3

 

 

 

 

 

 

 

 

Après

4

 



 

 

 

 

 

Passons à la mécanique. C'est une belle mécanique RENNER de belle qualité et qui semble avoir été entretenue

5

 

 

 

 

 

 

 

 

Les têtes de marteaux ont été remplacées et sont de très belle qualité. Ce sont des marteaux de marque RENNER qui sont impreignés à la base (couleur violette) ce qui leur permet de résister plus longtemps en milieux humides.

6

7

 

Ce qui ne va pas pas c'est ceci :

8

 

Les manches de marteaux sont anciens, brûlés après avoir été chauffés plusieurs fois et les rouleaux sont tout plats et usés. Nous allons donc installer un jeu de manches neufs de marque RENNER. Ainsi nous restons dans le même standard de qualité que la mécanique d'origine.

9

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On remarque tout de suite la différence !

12

11

Comme il s'agit de mettre toutes nos chances en jeu pour que cet instrument soit au meilleur de sa forme, nous allons également changer les têtes de marteaux. En effet, bien que remplacées et en bon état, leur remplacement date des années 70... et le feutre n'est sans doute plus d'une consistance et texture optimale. 

 

Nous faisons donc réaliser sur mesure, un jeu de têtes de marteaux chez ABEL, spécialiste allemand de marteaux haut de gamme. Nous aurions pu commander des RENNER dont la qualité est équivalante. 

13

14

15

 

Vous remarquez la très grande qualité de réalisation de ces marteaux en feutre naturel. Nous avons conservé le choix de l'impreignation (ici en jaune) pour rester fidèle à l'existant.

 

Nous commençons l'assemblage manches/têtes en prennant des guides.

16

 

Et veillerons à être plus précis que le collage actuel :

17

18

 

Voilà ce que cela donne une fois le travail terminé :

Avant

19

 

Après

20

 

Avant

21

 

Après

22

 

Avant

23

 

Après

24

 

Voici une belle mécanique rénovée :

25

26

 

La mécanique est entièrement révisée avant de réintégrer le piano. Nous la lubrifions et rectifions les alignements comme dans cet exemple :

27

28

 

Comme toujours, après la réparation s'en suit une longue sénace de réglage mécanique et d'harmonisation pour que l'instrument soit au mieux de sa forme.

 

Posté par kyol à 02:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 juin 2013

A propos des marteaux dans un piano, Changement de têtes de marteaux (Partie 2)

Nous allons voir un exemple concret et très fréquent de problême de marteaux.

Notre "patient" est un Pleyel de concert de 1920 environ. La mécanique et le type de marteau ne sont pas exactement les mêmes que ceux que nous avons vu précédemment mais le principe de diagnostic et réparation est le même.

La mécanique est un modèle spécifique aux Pleyel de cette époque. Les marteaux n'ont pas d'olive mais une noix qui est fixée su un axe commun à chaque travée de marteaux. Le manche n'a donc pas de rouleau et la tête n'est pas percée de part en part. C'est un peu comme sur un piano droit.

Le diagnostic du piano :

Son propriétaire me contacte car il trouve le son inégal, sans dynamique et trop feutré. Il me précise que les têtes de marteaux ont été changées quelques années auparavant. Depuis cette intervention me dit-il, le piano a comme perdu sa voix... 

Cela m'étonne un peu puisque le but de l'opération est plutôt le contraire !

En sortant la mécanique du piano je n'ai pas eu de mal à comprendre les raisons d'un tel résultat. 

Les têtes de marteaux ont l'air toutes neuves en effet mais tout le reste est d'origine et extrêmement usé. On peut voir aussi que de nombreuses têtes de marteaux sont comme "rabotées" au point de frappe. C'est un signe de jeu dans les axes. Et quel jeu ! les marteaux ont un jeu latéral de plusieurs millimètres et ne tappent donc jamais au même endroit. D'où cette usure très rapide et anormale.

Les têtes de marteaux sont d'une qualité déplorables et cela se voit ! Ils ont une consistance molle et sont mal coupés et mal finis. 

Constatez le vous même : Voici les têtes de marteaux défectueuses (dont je préfère taire l'origine pour ne froisser personne) avec les têtes que j'ai fait fabriquer par les ateliers ABEL en Allemagne.

MarteauxPlayel 3 

La différence se voit nettement ! Les têtes X sont peut-êtres refeutrées. En tous cas, elles sont suspectes... 

Admirez ci-dessous à gauche les têtes X avec leur forme de patate, leur géométrie toute relative, leur âme décallée par rapport à l'axe de frappe. Notez aussi la forme du sous-feutre et la finition façon "castor" des âmes. 

Vous remarquez en revenche que les têtes Abel ont une forme de "goutte" harmonieuse et symétrique. La finition des âmes est plus flatteuse et elles sont surtout parfaitement dans l'axe du point de frappe. Vous voyez aussi et surtout que la structure du feutre a bien meilleur aspect !

MarteauxPleyel 1

Par contre si la découpe est plus nette chez Abel (ici à gauche), la pose des agrafes n'est pas trop leur point fort... C'est mieux fait chez X

 MarteauxPleyel 2

Bref, nous avons de nouvelles têtes de marteaux, de bien meilleure qualité, mais nous n'allons pas faire la même erreur que mon confrère, nous allons aussi nous occuper du reste des composants des marteaux. 

Le noix sont intégralement regarnies à neuf, y compris les galleries pour le passage des axes.

Noix1

 Les anciens manches sont extraits et les perçages nettoyés.

Noix2

Les nouveaux manches sont triés en fonction de leur "sonorité" pour être répartis sur chaque travée. Cette méthode courament utilisée, m'a toujours paru un peu esothérique et je n'ai pas du tout la certitude que cela ait un réel impact au final... mais ça ne coûte rien de le faire au cas où !

Manches

Nous allons donc pouvoir passer à l'action avec la pose des marteaux sur la mécanique. Le piano étant conçu de manière mathématique, il s'agit donc de faire les choses avec le maximum de précision et de régularité. Nous allons donc prendre modèle sur l'existant en l'optimisant tant que possible. 

Voilà ce que l'on obtient :

Comme vous le constatez, on remplace d'abord un marteau sur deux.

1

2

3

Vu l'état des manches d'origine, leur remplacement n'etait pas du luxe !

9

Il faut sans cesse bien contrôler le parallèlisme des manches et l'intervalle entre les têtes car cela se fait au moment du collage sur ce type de mécanique.

4

Et veiller à respecter une parfaite "ligne de frappe". Dans notre cas elle était à corriger.

Avant :

5

Après :

6

Avant :

7

Après :

8

Une fois la première série de marteaux neufs correctement mis en place, le reste des anciens marteaux est retiré puis remplacé par les nouveaux. Cela prend un temps considérable sur ce genre de mécanique. S'en suit également un énorme travail de préréglage et d'intonation, puis un réglage complet de la mécanique, et enfin un travail d'harmonisation plus fin.

Mais sur un bel instrument, le jeu en vaut largement le coup.

 

Posté par kyol à 23:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juin 2013

A propos des marteaux dans un piano, Changement de têtes de marteaux (partie 1)

 

La réparation d'un Pleyel de concert de 1925, est l'occasion de vous montrer un cas typique. En effet, les réparations que je commente dans ce blog ne sont pas notre "vitrine", mais des cas d'école qui me permettent de vous faire découvrir notre métier par des exemples frappants. 

Notre sujet du jour est donc le marteau.

Sur les pianos droits, comme sur le piano à queue, le marteau est la pièce qui se place entre la mécanique et la corde. C'est donc la pièce maîtresse de la production du son. Et, puisqu'elle est est directement en contact avec la corde, elle est presque à elle seule responsable du TIMBRE de l'instrument. Les marteaux ont donc une importance capitale et participent pour grande partie à l'âme sonore du piano.

Il se compose sur un piano à queue des trois éléments suivants :

TMO

Si la tête garnie de feutre est responsable du son (puisqu'elle vient frapper la corde), le manche et l'olive sont "ses jambes". La tête est guidée par son manche qui s'articule sur l'olive. Si manche et olive sont en mauvais état, il y a fort à parier que le resultat sonore soit médiocre, même si la tête est neuve.

L'olive est responsable du maintient du marteau sur la mécanique et comprend le pivot ou articulation qui permet au manche de propulser la tête vers la corde.

Le manche fait le lien avec la mécanique grâce au petit rouleau que vous voyez en dessous, et permet de donner force et elasticité à la frappe, comme le mache du marteau que vous utilisez pour bricoler car c'est exactement le même principe.

Pour résumer, ces trois composantes du marteau sont dépendantes les unes des autres et si l'une ou l'autre est défaillante, votre piano n'aura pas un son correct.

Revenons à nos têtes de marteaux. Ce sont des pièces d'usure. Garnies de feutre, au fur et à mesure qu'elles frappent les cordes, elles s'usent. Des sillons se creusent puis le feutre s'applatit. La forme en ogive d'une tête de marteau neuve permet d'avoir un point de frappe précis. Au fur et à mesure que la tête s'use, le point de frappe devient une zone de frappe qui s'agrandit au fur et à mesure que la tête s'applatit. Les sillons quand à eux, emprisonnent la corde. Ces deux défauts font que la tête de marteau va en s'usant étouffer la corde en la frappant, et empêcher sa vibration nturelle. Cela conduit automatiquement à un timbre déterioré.

Heureusement, une tête de marteau marquée peut être remise en forme une ou deux fois avant d'être changée. On estime à une dizaine d'années en moyenne, la durée de vie d'une tête de marteau. Cette durée de vie tend à diminuer avec les années car les fabricants font, crise oblige, de plus en plus d'économies... L'utilisation et la stabilité hygrométrique sont quand à eux les critères les plus déterminants pour la durée de vie des têtes de marteaux.

Exmple de têtes de marteaux usées et remises en forme:

harmonisation_1

Lorsque les têtes ont été plusieurs fois remises en forme ou que le feutre s'est déterioré, il faut les remplacer. (Les manches et olives aussi s'ils sont en mauvais état). Le bois qui constitue l'âme du marteau ne s'usant pas, il est possible de remplacer seulement le feutre de la tête lorsque celui-ci est trop usé. On appelle cela le refeutrage. C'est moins coûteux qu'un remplacement complet des têtes mais moins esthétique et cela sous entend que manches et olives sont conservés et donc en bon état. Cette opération n'est effectuée que par des ateliers spécialisés.  

Mais toutes les têtes de marteaux ne se valent pas en qualité !

Elles sont fabriquées par des ateliers spécialisés. Il en existe un peu partout dans le monde (y compris en France) mais les deux les plus connus sont en Allemagne. Il s'agit des ateliers Renner et Abel qui équipent les pianos de haut de gamme du monde entier.

L'ensemble des têtes de marteaux d'un piano sont fabriquées avec une même bande de fautre qui est coupée en autant de tranches que du nombre de marteaux. Ainsi toutes les têtes de marteaux doivent être remplacées en même temps. 

La qualité d'un jeu de têtes de marteaux dépend de nombreux critères parmi lesquels : qualité du feutre, structure du feutre, qualité des collages, type de collage, qualité de la coupe, qualité du bois de l'âme, regularité de poids des têtes, qualité des perçages, finitions, ... une multitiude de paramètres que seuls le savoir-faire et l'expérience permettent d'apprivoiser. Ainsi, il est nécessaire de bien choisir son fournisseur de têtes de marteaux en fonction du résultat escompté. 

Nous verrons dans le prochain épisode le cas concret de notre Pleyel.

A suivre...

Posté par kyol à 11:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 avril 2011

Remise en état d'une mécanique de piano droit

Je vous propose un exemple assez marquant de "rafraîchissement" d'une mécanique de piano. Il s'agit pour notre exemple d'un piano droit de marque John Broadwood, piano de fabrication anglaise, qui date de 1905.

Avant les travaux, rien n'impose forcément de faire des réparations. C'est un piano sans problèmes et qui donne entière satisfaction à son propriétaire. C'est pour cela que nous allons pouvoir intervenir !

C'est paradoxal ? Pas vraiment. En fait, les pianos de cet âge, sont souvent en trop mauvais état et à bout de souffle, et toute opération de sauvegarde est vaine... alors qu'un piano bien entretenu et qui est encore bon, mérite d'être bichonné pour être si possible amélioré, sinon conservé.

Observons la mécanique de la bête :

m_caAvant1

C'est une mécanique simple, de conception moderne et qui a pas mal résisté au temps.

Mais les yeux avertis remarquent vite quelque chose de suspect... 

Voyons cela en détail :

 

 

 

DIAGNOSTIC

 

Etat_contre_attrappes

 Ce qui saute aux yeux et qui m'a amené à proposer une rénovation à mon client c'est ça :

L'état des contre-attrappes est suspect car certaines sont en feutre rouge et d'autre en peau... certaines changées et d'autre d'origine ! Hormis le fait que ce soit complètement inesthétique, c'est désastreux au niveau de la qualité de réglage de la mécanique, car les différentes contre-attrappes sont d'épaisseur différentes donc irrégulières.

 

Etat_attrappes

Les contre-attrappes sont accueillies par les attrapes (en feutre bleu sur la photo ci-contre) qui sont là aussi en piteux état, car aussi irrégulières...

Lorsque l'on appuie sur une touche, le marteau est projeté en avant puis lorsqu'il retombe, il est "attrapé" pour être stoppé proprement, et permettre au bâton d'échappement de se replacer avant une nouvelle frappe.

Cet "attrapé" intervient à un moment précis que l'on doit régler et la qualité du toucher en dépend. Ce piano ne peut donc pas avoir de toucher régulier car le réglage de l'attrapé est impossible.

 

Etat__touff1

Ce piano a en outre deux autres gros problêmes :

- L'état de ses étouffoirs. Ils sont sales et trop marqués dans les aigus. Ils ne sont presque plus efficaces dans les graves car trop usés.

- L'état de ses marteaux qui sont d'origine et dont le feutre est tout sec. Leur forme est suspecte.

D'autres problèmes moins importants seront traités en cours de réparation.

 

LES TRAVAUX

 

Envoi_marteaux

Nous commencerons par les marteaux car il vont partir en Allemagne pour être refutrés à neuf. Comme ils seront à l'usine pendant près d'un mois, cela nous laissera le temps de faire le reste des travaux.

Après démontage, nous allons changer leur axe de pivot car avec le temps ils ont pris du jeu et entrainent donc une usure plus rapide des feutres de marteaux. Puisque nos marteaux seront neufs, il serait dommage de les user trop vite, changeons donc les axes :

 

Ci dessous : l'axe en question, son extraction et les axes neufs. Ils sont en maillechort, alliage de nickel, cuivre et zinc. Inaltérables, ils remplacent ceux d'origine en laiton nickelé.

Repivotage_1

Repivotage_2

 

 

 

 

 

Repivotage_3

 

Nous découvrons aussi des choses surprenantes comme ceci :

 

SaleboulotDes manches de marteaux réparés avec du fil "comme un cochon"... Nous les remplaçons par des neufs avant d'expédier les marteaux.

Je vous rappelle que les manches de marteaux aussi bien sur les pianos droits que sur les pianos à queue ne se réparent pas... (sauf en dépannage d'urgence si on est mal équipé).

Un manche cassé doit être impérativement remplacé par un neuf.

 

Deuxième étape de notre rénovation de mécanique : les chevalets. C'est eux qui supportent le bâton d' échappement, et sont responsables de toute la cinématique du marteau.

Nous allons donc les démonter pour en changer les axes de pivot, comme pour les marteaux.

Chevalets_demont___etat_boutons_echapp

Certains d'entre vous l'auront remarqué, une fois les chevalets déposés, on se rend compte que bon nombre des boutons de réglage d'échappement sont cassés.

De mauvaise qualité et mangés par la rouille nous les remplaçons ainsi que les butées en feutre

Boutons_neufs

 

 

 

Là encore, cette réparation va permettre de pouvoir régler la mécanique alors que c'était impossible avant, et donc d'améliorer la régularité et la qualité du toucher.

 

 

Chevalets

Revenons à nos chevalets :

Nous allons donc changer tous les axes de pivot au niveau de la fourche de fixation et réparer les fourches fendues (comme ici sur la photo) en les remplaçant par des neuves.

Puis nous changerons également les attrapes.

Chevalet_specif

 

 

 

 

Notez la petite tige de métal courbée en forme de C qui remplace les habituelles "cuillères" pour le départ des lames d'étouffoirs.

 

Ci-dessous, les attrapes neuves

Attrappes_neuves

 

 

 

Et voilà le résultat :

Chevalets_apres

 

Nous procèderons aussi à un bon nettoyage des chevalets 

On remarque bien la différence !Chevalets_nettoyage

 

 

 

 

 

 

Passons aux étouffoirs.

Nous allons commencer par le remplacement des ressorts de lames et la réparation des fourches cassées.

Etouffr_par1

 

On voit bien la fourche cassée entourée sur la photo ci-contre et le ressort neuf devant la flêche rouge quiprésente mieux que ses voisins qui n'ont pas encore été changés.

 

 

 

Ensuite, les photos ci-dessous parlent d'elles-mêmes... nul doute sur la nécessité de changer les feutres d'étouffoirs !

Etouffr_par2Etouffr_par3

 

 

 

 

 

 

 

 C'est l'heure du remontage et bientôt la fin mais avant les photos finales je voulais vous montrer les lanières très spécifiques et plutôt intelligentes de ce Broadwood. En plus elles sont très esthétiques. Bien entendu, les petits feutres rouges, prêts à partir en poussière seront tous remplacés par des neufs.

Lanieres3

 

RESULTAT FINAL

 

Vous l'attendiez tous...

m_cafini4

Vue du dessus

m_cafini2

Rappelez vous :

 

m_caAvant2

m_cafini3

 

 

 Avant 

 

 

 

 

 

 

Après

 

 

 

S'ensuivent évidemment comme toujours des travaux de mise en forme des nouveaux marteaux, de préréglage et réglage mécanique puis d'harmonisation. Le tout aura demandé près de 50 heures de main d'oeuvre mais le résultat musical est tellement différent !

J'avoue moi même avoir été extrêmement surpris sur cet instrument, par les gains en termes de qualité de toucher et de sonorité... je ne m'attendais pas à une telle amélioration ! 

Posté par kyol à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2011

Rénovation du clavier

Au bout de quelques années de bons et loyaux services, le toucher de votre piano devient un peu flou, incertain, inégal et vous entendez même parfois des claquements lorsque vous relâchez les touches.

Votre clavier a besoin d'entretien !

Que se passe t'il ?

Une touche de piano est guidée par deux pointes. Une en milieu de touche qui sert d'axe de balancier et une autre sous la touche au niveau de l'enfoncement qui permet d'éviter qu'elle ne dévie latéralement à l'enfoncement. Une photo c'est plus parlant :

1

Il s'agit ici d'un piano droit August Förster, marque allemande réputée.

On voit clairement les deux séries de pointes qui guident le clavier. 

 

 

 

 

2

Voilà ce qui ne va pas... Ici au balancier, vous pouvez voir que la pointe, à force de jouer, a usé la garniture créant ainsi du jeu (et donc un toucher désagréable) et des bruits car la pointe est désormais en contact avec le bois de la touche et claque.

Notez pourtant, que s'agissant d'un piano haut de gamme, les garnitures avaient été réalisées en cuir, bien plus fiable mais plus coûteux et difficile à travailler que le feutre.

 

3Même chose ici à l'enfoncement.

 

 

 

 

 

4

 

On observe bien le phénomène sur tout le clavier.

 

 

 

 

6
Nous allons donc procéder au remplacement des garnitures des mortaises au balancier milieu de touche sur la face visible de la touche, et à l'enfoncement dessous.

Voila la mortaise de balancier dégarnie.

 

 

 

7

Et ici celles d'enfoncement des touches blanches.

Notez que la finition de ce clavier n'est pas très flatteuse. Il s'agit d'une fabrication assez artisanale, de bonne qualité mais assez rustique. Aujourd'hui la marque utilise des claviers fabriqués plus industriellement par un spécialiste des claviers. 

 

 

8Mortaises d'enfoncement dégarnies sur les touches noires.

Mêmes remarques sur la finition du clavier.

 

 

 

 

 

9Nous regarnissons donc les mortaises. Ici celles d'enfoncement.

Je choisis d'utiliser du feutre d'une épaisseur bien spécifique et calibrée. La qualité du feutre étant très importante, j'utilise du feutre d'origine Renner (Allemagne) que j'achète en bandes prédécoupées (que l'on voit sur la photo) pour une meilleure finition.

 

 

10

 

 

 

 

 

 

11

 

Pour les mortaises de balancier, je choisis d'utiliser du cuir comme à l'origine.

 

 

 

 

12

Comme on peut le voir le cuir se travaille plus difficilement et un travail de finition est à réaliser.

 

13

 

 

 

 

C'est bien mieux après !

 

 

 

 

 

 

On termine la finition avec le nettoyage des flancs de touche

14

 

15

 

 

 

 

 Avant

 

Après

 

Posté par kyol à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Une usine à poussière !

Sans que vous vous en rendiez compte, jour après jour, votre piano accumule de la poussière... tellement que quand on s'en rend compte, c'est à croire qu'il la fabrique ! En effet même dans un endroit très propre et bien tenu, un piano est comme une usine à poussière.

Sous le clavier d'un piano droit on obtient ceci :

12032011

Accumulation de poussière, moutons, coulures de liquides, trombones, pièces de monnaie et autres petits objets qui se retrouvent prisonniers sous le clavier...

De temps en temps demandez à votre accordeur de passer un coup d'aspirateur sous le clavier, votre piano vous remerciera !

 

 

 

 

Les pianos à queue sont encore plus exposés et surtout si ils restent ouverts ou à moitié ouverts...

L1020269

Ce piano par exemple, sous sa poussière et les coulures de café ressemble à un vieux coucou hors d'âge alors qu'il s'agit en fait d'un excellent et coûteux Steinway.

Si vous souhaitez redonner l'éclat du neuf à votre piano à queue, faites le nettoyer en profondeur par votre accordeur : dépoussiérage, desoxydation des cordes, nettoyage de la table d'harmonie, etc...

Notez que l'accumulation de poussière dans un piano hormis les considérations esthétiques, n'est pas recommandée car elle absorbe l'humidité ambiante et dans le temps "colle" et peut entrainer de l'oxydation, des taches sur la dorure de cadre, etc...

N'essayez surtout pas de nettoyer l'intérieur de votre piano vous-même !!! Cela paraît simple mais c'est très délicat et risqué. Un accident étant vite arrivé, je préfère vous prévenir. Il faut compter 1 à 2 heures de travail ce qui reste très accessible.

Dans les conservatoires, salles de spectacle, écoles de musique ou autre lieu où les pianos sont soumis à rude épreuve il est recommandé d'effectuer un nettoyage complet chaque année. 

 

Posté par kyol à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2011

Pourquoi tous les ans ?

Cela fait déjà plus d'un an que je n'ai pas mis à jour ce blog... un an. C'est l'intervalle de temps maximum qu'il est nécessaire de respecter entre deux accords de piano.

Pourquoi dit-on qu'un piano doit s'accorder tous les ans ?

Surtout que certains d'entre vous diront que leur piano n'a pas été accordé depuis plus longtemps que cela et s'en porte apparemment pas plus mal...

Et bien chers Lecteurs, sachez que c'est le temps qui passe et les saisons avec leurs caractéristiques météorologiques qui font que le piano se désaccorde. Si bien qu'en un an, le piano subit des variations climatiques qui font que les cordes, la table d'harmonie, la mécanique et bien d'autres pièces subissent des transformations. Et ce, même si il ne joue pas !

En résumé, à chaque fois que l'on intervient sur votre piano, c'est pour remettre dans le "droit chemin" toutes les pièces qui ont subi des transformations. Or, plus on fait ce travail souvent, moins le piano a le temps de s'abîmer, moins on a de travail pour rattraper les dommages et plus le travail que l'on fait est précis et de qualité ! 

Plus un piano est suivi, plus il devient fiable et s'améliore.

Notez que pour le confort de l'oreille, si l'on désire garder un son toujours parfait on peut envisager plusieurs accords par an (Ce n'est pas pour rien si les pianos de concert sont accordés tous les jours et même plusieurs fois par jour lors d'un festival par exemple). Il s'agit là d'une possibilité pour les pianistes exigeants mais pas d'une nécessité.

Sachez aussi que si vous faites appel à un technicien sérieux, à chaque accord, on contrôle aussi la mécanique et le système de pédales et l'on rectifie quelques réglages rapidement.

D'accord mais, que se passe t-il si l'on ne respecte pas cet intervalle ?

Si c'est de quelques mois, c'est souvent sans conséquences mais si c'est de quelques années... 

Il y a plus grave certes, ce n'est qu'un piano... cela dit, le bois joue, la tension des cordes descend, la table d'harmonie se déforme, la mécanique se dérègle... et le piano devient désagréable et mauvais.

Certes, on pourra remettre le piano au diapason et rerégler la mécanique mais les différents éléments ayant trop bougé entre temps, ce sera long et coûteux mais surtout votre piano aura perdu des qualités et ne sera jamais aussi fiable que s'il avait été entretenu régulièrement.

En plus, je peux vous dire que remettre un piano au diapason est ce que les accordeurs détestent le plus... c'est un travail ingrat et fatiguant qui souvent entraîne la casse de cordes. Donc on fait cela un peu à contre-coeur...

Alors, comme un pianiste averti en vaut deux, pensez à faire accorder votre piano tous les ans, surtout si vous y tenez !

Posté par kyol à 15:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 février 2010

L'accord ne fait pas le son

Faire accorder son piano régulièrement c'est déjà bien, mais si vous trouvez qu'il n'a pas un son agréable, qu'il est trop percussif ou trop étouffé, ou même que les notes sont inégales en intensité, c'est que l'accord ne suffit pas.

En effet, l'accord n'est qu'une des interventions d'entretien que l'on peut offrir à un piano mais il y a bien d'autres points dont il faut s'occuper. L'accord n'est qu'une intervention sur la tension des cordes et sur la justesse des intervalles entre les notes, pas sur la qualité du son.

La qualité du son implique l'accord certes mais aussi le REGLAGE MÉCANIQUE et aussi et surtout l'HARMONISATION.

Le réglage mécanique c'est évident car si le marteau ne vient pas frapper la corde en face ou si il ne l'atteint pas avec assez de force ou au contraire avec trop de force, ou même s'il s'écrase dessus au lieu de la percuter, on ne peut avoir un son correct.

Mais qu'est-ce que l'Harmonisation ?

C'est un ensemble d'interventions que l'on va faire sur le marteau, plus précisément sur la tête en feutre du marteau. On va modifier sa forme et sa dureté pour arriver au meilleur résultat sonore. Ce travail est très minutieux et demande de l'expérience et de la patience. C'est grâce à l'harmonisation que l'on va tirer le meilleur du son d'un piano.

L'harmonisation est une tâche délicate qui n'est pas sans risque si elle est pratiquée sans maîtrise. Tous les techniciens ne sont pas compétents pour effectuer cette opération. Mais une bonne harmonisation donne des résultats épatants !

N'oublions pas que l'harmonisation n'est possible que sur un piano correctement accordé et bien réglé, et dont les marteaux évidemment son en bon état. Si les marteaux de votre piano sont très marqués voire même aplatis, il faudra au préalable soit poncer les marteaux (lorsqu'ils sont récents) soit les faire refeutrer ou changer les têtes.

Posté par kyol à 22:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2009

Quand les cordes cassent...

... Le bruit que cela fait est ce que tout accordeur déteste le plus !!!

En effet, en plus de le sortir violemment de sa concentration, cela signifie qu'il va devoir expliquer l'incident à son client, ce qui n'est pas forcément évident, ce dernier se disant déjà que l'accordeur est en train de lui casser son piano.

Je vais donc prendre les devants et expliquer ce phénomène.

Tout d'abord la casse d'une corde n'est pas grave ! Une corde ça se change, plus ou moins facilement, mais c'est une opération très banale.

Les cordes, qui sont en acier, sont extrêmement solides et peuvent supporter des tensions supérieures à ce qu'elles subissent dans le piano. Même les cordes de la meilleure qualité possible qui sont calculées pour être au plus près du point de rupture (meilleure sonorité), sont conçues avec une marge suffisante pour que le fait de les tendre lors de l'accord ne puisse pas les faire casser. En résumé, si les cordes cassent, ce n'est pas de la faute de l'accordeur !

Pourquoi cassent-elles donc ?

- A cause de la rouille. C'est le cas le plus courant. Les cordes sont traitées et sont très résistantes à l'oxydation, mais suivant la qualité et l'âge de la corde, la rouille la grignote jusqu'à ce que l'accordeur vienne la retendre, et c'est là qu'elle casse. Sans parler des incidents : liquide qui tombe sur les cordes, pièces très humides, vapeurs corrosives découlant de produits divers... Lorsque les cordes basses cassent, elles cassent généralement par groupe. En effet, l'oxydation ne vise pas une corde seulement mais souvent une zone. Lorsque quatre ou cinq cordes cassent d'un coup, c'est que l'ensemble du jeu est à remplacer à coup sûr. 

- A cause d'un défaut. Il n'est pas rare de voir de la casse de cordes sur des pianos neufs. Cela est dû à une paille ou une bulle dans l'acier lors de la fabrication de la corde. Cela peut arriver. D'expérience j'ai souvent constaté cela dans les plus gros diamètres (milieu du piano)

La corde casse, et après ?

Nous allons la changer. Cela prend quelques minutes et se fait couramment. Les cordes dites blanches (sans filage cuivre) sont standard et votre accordeur a sûrement un rouleau de corde du bon diamètre à son atelier. Les cordes basses filées doivent être commandées sur mesure. Leur qualité est déterminante. Elles doivent donc être filées par un spécialiste. L'accordeur emmène avec lui l'ancienne corde pour l'envoyer comme modèle à un fileur de cordes. N'acceptez jamais de cordes basses qui viennent d'un autre piano (cela se voit, elles sont souvent pas neuves et sûrement pas de la bonne taille ! ). 

Une fois la corde changée, elle doit être retendue (accordée) plusieurs fois avant de rester stable. Cela est normal. Inutile donc de vous inquiéter si la corde qui vient d'être changée ne tient pas bien l'accord, demandez à votre accordeur de repasser la tendre à l'occasion. 

Posté par kyol à 11:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 août 2009

Réparation

Le piano a beau être l'instrument le plus fiable qui soit, il comporte quand même des pièces qui s'usent et nécessite d'être entretenu pour garder ses qualités d'origine.

En effet j'entends souvent de la part de certains clients disposant de pianos qui ont quelques années de bons et loyaux services me dire : "Oh vous savez, mon piano n'est pas très bon" ou "Il est un peu trop vieux". Or souvent leur piano est récent (pour un piano) et n'est pas plus mauvais qu'un autre...
Pourtant, oui, le toucher de leur piano est inégal, ne permet pas de faire correctement les nuances, accroche un peu... et le son est étouffé, sans finesse, certaines notes sont fortes, d'autres moins, et la mécanique fait du bruit...
C'est le signe d'un besoin d'entretien évident !

Regardons en détail ce que nous pouvons faire.

Notre exemple est celui d'une de mes clientes qui possède et utilise toujours son piano d'enfance, déjà acheté d'occasion à l'époque... La dame a un bon niveau et on voit bien que le piano a servi ! Bref notre « patient » est un piano Diezer (marque Marseillaise) de 1935 qui avant tout, tient l'accord, et fonctionne correctement. Si tel n'avait pas été le cas, il s'agirait de réparations lourdes ce qui ne fait pas l'objet de cet article. Nous partons d'un piano sein qu'il faut remettre à niveau pour lui rendre dans la mesure du possible son état d'origine.
S'agissant d'un piano de 1935 dans son jus, nous partons tout de même avec un handicap mais nous arriverons à l'améliorer, sans toutefois évidement pouvoir l'amener aux standards actuels. Aussi je dis bien à ma cliente que cette cure de jeunesse ne lui rendra pas un piano neuf...

Comment allons nous pouvoir l'améliorer :

Un piano, je vous le rappelle, ce sont trois éléments :
- le meuble (dans notre cas, il est en état moyen mais la cliente n'y porte que peu d'intérêt et un traitement à ba se d'huile de lin pourra l'améliorer facilement.
- la structure harmonique ou lutherie. Dans notre exemple elle est saine et le piano tient l'accord. Quelques cordes cassées sont à remplacer mais rien d'anormal pour un piano de cet âge.
- la mécanique et le clavier présentent des signes d'usure évidente et c'est sur ces éléments que nous allons travailler.

Remise en état de la mécanique :

DP

A première vue cette mécanique a l’air en bon état

mais si on y regarde de plus près …

Diezer_Marteaux_AV

… Les marteaux par exemple, sont très marqués et tout plats … Ils étouffent les cordes en les frappant, d’où le son peu agréable de notre piano.
Etant donné l’age de l’instrument, nous allons les remplacer.

Diezer_demont_marteaux

Nous les démontons et les expédions en Allemagne où ils seront refeutrés avec la même qualité de feutre qu’à l’origine.

Ensuite, on va nettoyer la mécanique

Diezer_meca_gen_AP

la réviser, c’est à dire vérifier que tout est bien vissé, que les différents axes et pivots ne sont pas grippés ou au contraire avec trop de jeu. On va également remettre toutes les pièces dans leur alignement d’origine et optimal. Sur certaines mécaniques fragiles, cela peut être très long !!! Ce ne sera pas le cas pour notre Diezer.

Certains d’entre vous auront peut-être remarqué sur la photo le système de serrage des marteaux très original mais plutôt pratique en fait …

Puis on va graphiter

Graphitage_2

En fait on va lubrifier toutes les parties de la mécanique qui subissent un frottement à l’aide de graphite. C’est un lubrifiant sec qui dure dans le temps et ne fait pas travailler le bois. Il s’applique au pinceau et requiert beaucoup d’habitude et de doigté. Si on en met à côté, on fait une grosse tache noire et c’est impossible à enlever !

Graphitage

Pour la mécanique on a fini pour l’instant et on va s’attaquer au clavier

Clavier

Dans notre exemple le clavier ivoire du piano était tout abîmé, ébréché et creusé… La sensation au toucher était très désagréable. Nous optons pour le remplacement par un beau clavier en ivorite (matière plastique) du plus bel effet et très confortable.

Avant cela nous avons remplacé tous les feutres de guidage des touches (en rouge sur la photo) et blanchi les bois de clavier.

Une fois le revêtement remplacé, place à la finition et au nettoyage : on nettoie la colle et surtout les traces d’utilisation sur les flancs de touche… ce n’est pas du luxe !

Avant…

Nettoyage_clavier_AV

Après !

Nettoyage_clavier_AP

Le châssis de clavier qui maintient les touches est aussi complètement nettoyé et regarni de feutres neufs. On élimine toute trace d’œufs de parasites qui adorent se nicher sous les touches. On obtiendra aussi grâce à ces feutres neufs un toucher et des réglages plus précis.

L’exemple en images avec le regarnissage de la traverse arrière du châssis.
Les « mouches » petits feutres ronds sont eux aussi tout neufs.

Barre_Arriere_AVBarre_Arri_re_AP 

 

La fin des travaux approche. Les marteaux reviennent d’Allemagne et nous les remontons dans la mécanique.

Remontage_marteaux

La mécanique et le clavier sont refaits à neuf et s’en suivent de longues heures de réglage fin et d’harmonisation (travail du son en agissant sur les marteaux)

Et le résultat est là. Le piano est agréable à jouer et le son est plus rond dans les graves et beaucoup plus précis dans les aigus. Et cela va s’améliorer dans quelques semaines quand le feutre des marteaux se sera « fait ».

Il aura fallu en tout près de 30 heures de travail sur cet exemple, en grande partie à cause de son âge avancé. Mais le résultat est intéressant et ce piano continuera encore plusieurs dizaines d’années à rendre service à sa propriétaire et à ses petits enfants qui viennent de débuter le piano.

A bientôt pour d’autres exemples !

N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations et pour faire faire un devis pour votre piano.

Kyol Service Technique Piano
Sébastien BRIAND
Facteur de pianos
Membre Europiano-France
51, Av Raymond Feraud
06200 NICE
Tél : 04 93 76 83 21
www.kyol.fr

Posté par kyol à 19:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]